Portrait

Originaire et résidant à Concarneau, Martin Le Pape est tombé dans la course au large « quand il était petit », à l’occasion de nombreuses croisières en famille.

Titulaire d’un Master STAPS spécialisé dans le sport de haut-niveau, le navigateur est un sportif accompli ! Que ce soit à terre, en participant notamment à des trails, en mer en cumulant les supports de navigation ou encore sous la mer en tant qu’adepte de la chasse sous-marine, Martin enchaîne environ 15 heures de sport par semaine.

C’est d’ailleurs dans le sport que l’âme de compétiteur de Martin s’est révélée. D’abord en planche à voile, en devenant vice-champion de France à 16 ans, puis 5ème des championnats du monde en Sicile deux ans plus tard.

C’est ensuite en voile que le skipper a rapidement grimpé les échelons. Embarqué d’abord comme équipier, Martin apprend vite et décide en 2011 de monter son propre projet en J80. En plus du rythme imposé par les régates et l’exigence du support, son nouveau statut de skipper/barreur lui apprend à gérer une équipe et animer une opération sportive. Pari réussi : son équipage est sacré vice-champion de France en 2012.

La rigueur mise par Martin dans son travail et sa préparation lui ont permis d’intégrer rapidement le circuit Figaro Bénéteau. Après avoir testé une transatlantique grandeur nature en 2014 aux côtés du célèbre Roland Jourdain, Martin lance et gère pendant deux ans son propre projet et s’aligne sur les plus grandes épreuves du circuit. Capable de gérer l’intégralité des facettes d’un projet en course au large, Martin n’occulte pas le sportif et continue d’apprendre au sein du Pôle Finistère Course au Large à Port-la-Forêt.

Ambitieux, Martin postule à la prestigieuse sélection Skipper Macif et est sélectionné en 2017 pour deux ans. Son ambition est claire : disposer pendant 2 ans de tous les atouts pour performer sur ce circuit si exigeant. Après deux belles saisons, marquées notamment pas sa superbe 7e place sur la Solitaire URGO Le Figaro, il est reconduit pour une année supplémentaire en 2019 à la barre du tout nouveau Figaro Bénéteau.

Cette dernière année est une aubaine pour Martin, qui participe à la mise au point du nouveau monotype : Le Figaro Bénéteau 3, un bateau flambant neuf, équipé de foils et à la pointe de la technologie à bien des égards. Profitant de cette expérience hors du commun d’aménagement d’un bateau neuf, Martin s’intéresse à tous les domaines liés à la mise au point et à la performance de cette nouvelle monture.

Martin est un navigateur posé, la tête bien calée entre les deux épaules, et son plan de carrière est déjà mûrement réfléchi. A l’issue de ces 5 années sur le circuit Figaro Bénéteau, véritable antichambre du Vendée Globe, Martin sait qu’il est prêt pour attaquer une nouvelle page de sa carrière : le Tour du Monde en solitaire et sans assistance.